Archives pour la catégorie Ouvrages

Les gouvernants arabes et l’Islam

13 July, 2017Moussa Hormat-Allah

Si l’on considère le mode de gouvernance en vigueur dans la plupart des Etats arabes d’aujourd’hui, on s’apercevrait que celui-ci, au-delà des apparences, n’a presque plus rien à voir avec les préceptes fondateurs de la religion musulmane. On pourrait même dire que la gestion des sociétés arabes modernes est faite, désormais, sur fond de simples réminiscences de l’islam des premiers temps.

L’égalité, la justice, la solidarité et l’entraide qui faisaient jadis le bien-être, la force et la fierté des musulmans ne sont plus l’objectif premier des nouveaux gouvernants. Loin s’en faut. Les intérêts particuliers et partisans se sont substitués à l’intérêt général. Le pouvoir n’est plus au service du peuple mais d’une oligarchie.

Qu’il s’agisse des régimes monarchiques ou « démocratiques », le prince, – dans le sens machiavélien du terme, – a la haute (plutôt basse) main sur l’Etat et ses richesses. Toute voix dissonante est étouffée dans l’œuf. Pour la conservation du pouvoir, on a créé, à tous les niveaux de l’Etat, des appareils répressifs visibles ou non visibles, pour assurer, contre vents et marées, la pérennité de ces régimes. Lire la suite

Publication en arabe du deuxième livre en procédure pénale du professeur Cheikh Horomtallah

Cet ouvrage a été publié en français en Janvier 2016 et a été traduit en arabe et publié en Janvier 2017.Sa traduction a été assuré par  Mohamed Vall Abdel Latif :

– Professeur à L’Ecole Nationale D’Administration, de Journalisme et de Magistrature;

– Ancien conseiller à la cour suprême;

– Ancien chargé de mission à la primature;

– Écrivain.

Ce livre relatif à la procédure pénale est le deuxième d’une série de cinq ouvrages.

Lire la suite

Le livre de Mohamed Sneiba : « Aziz : textes et contextes »

 

Aziz : textes et contextes est un ensemble de chroniques politiques, essentiellement, parues dans des journaux mauritaniens entre 2007 et 2010. Elles relatent, quasiment au jour le jour, l’actualité politique, économique et sociale en Mauritanie. Elles constituent, avec du recul, une référence historique sur des faits politiques dont les conséquences, positives ou négatives, sont présentes encore aujourd’hui, et font l’objet d’un recueil en préparation qui a pour titre Textes et contextes : chroniques mondoblogueuses. Lire la suite

Les Mémoires du président Abdou Diouf : “Il faut déclarer la guerre à la Mauritanie !”

Les Mémoires du président Abdou Diouf : “Il faut déclarer la guerre à la Mauritanie !”

 Il faut des hommes, ceux de ceux qui ont fait partie de l’histoire pour comprendre le passé. Les “Mémoires du président” Abdou Diouf, parus le mois dernier, donnent la version des faits de cet ancien président sur les relations entre son pays et la Mauritanie.  Extraits. Lire la suite

Evènement de la rentrée 2014.

Nous vous informons de la sortie prochaine du nouvel ouvrage du Professeur Louis Sala-Molins : « Esclavage Réparation ».

Sans aucun doute il s’agit d’un évènement d’une importance exceptionnelletant du point de vue de la personnalité du chercheur que du sujet aujourd’hui plus brûlant que jamais du plus grand crime contre l’humanité jamais commis, le « Méga-Crime Contre l’Humanité » perpétré contre l’Afrique durant plusieurs siècles, non reconnu ni réparé ni par la droite et ni par la gauche, et dont les ressortissants Africains et Descendants d’Africains continuent de subir les conséquences négrophobes dans les droits civiques, sociaux, économiques, politiques, spirituels et culturels en ce 21e siècle…

 ARMADA le 4 août 2014

L’esclavage du souvenir à la mémoire, de Christine Chevallon

Parution de livre

L'esclavage, du souvenir à la mémoire. Contribution à une anthropologie de la Caraïbe

Cet ouvrage propose une étude de grande envergure, première du genre, sur la mémoire et le souvenir de l’esclavage. En analysant les débats politiques et académiques des vingt dernières années, l’auteur dégage deux approches : celle du soupçon politique (victimisation, instrumentalisation, surenchère) et celle du doute anthropologique (fragilité, absence, vide). Ayant établi ce constat, Christine Chivallon part alors à la recherche des traces du souvenir de l’esclavage, ainsi que des témoins qui les transmettent, pour comprendre la teneur des expressions mémorielles issues de l’expérience esclavagiste.

L’étude de l’Insurrection du sud, qui a opposé, à la Martinique, anciens maîtres et anciens esclaves, en 1870, au moment de l’instauration de la Troisième République, forme le pivot de ce parcours. Elle permet de reconstituer une scène primordiale de violence et d’en trouver les expressions transmises au sein des descendants des insurgés, témoins d’aujourd’hui. L’approche de cet évènement fondateur fournit l’occasion d’aller bien au-delà de la découverte de récits de mémoire minorés pour explorer les différentes manières de transmettre, de s’emparer ou « d’incorporer » le passé, dans un contexte (post)colonial, formé dans la double matrice de l’esclavage et de la République.

Pourtant, cette recherche dépasse largement le cadre empirique de la Martinique, en établissant des connaissances sur la Caraïbe et en construisant des interprétations théoriques, autant sur les faits de mémoire que sur les expériences historiques liées aux conditions coloniales esclavagistes et à leurs devenirs.

Christine Chivallon est directrice de recherche au LAM-CNRS (Sciences Po Bordeaux, Université de Bordeaux), anthropologue et géographe, auteur d’ouvrages et de nombreux articles portant sur les sociétés de la Caraïbe et les questions de la construction identitaire.

KARTHALA – CIRESC

ISBN : 978-2-8111-0689-8 (16 x 24 cm) – 624 p. – 36 €

Traite des Noirs et ses acteurs africains de Tidiane Diakité

Tidiane Diakité

La traite des Noirs et ses acteurs africains

Couverture de La traite des Noirs et ses acteurs africains

présentation de l’éditeur

Tidiane Diakité, La traite des Noirs et ses acteurs africains du 15° au 19° siècle , Berg International, nov. 2008, 240 p.

En librairies le : 15 novembre 2008 – Éditeur : Berg International – Reliure : Broché – Description : 240 pages au format 15 x 24 cm- ISBN : 978-2-917191-15-6 Prix : 19 €

A lire ci-dessous, avec l’aimable autorisation de l’éditeur, un chapitre complet : Pour éteindre le feu

PRESENTATION

Tidiane Diakité, professeur agrégé, originaire du Mali, fut très tôt sensible au phénomène de la traite atlantique dont il fit le thème de son mémoire de maîtrise universitaire. Il est aussi l’auteur de plusieurs ouvrages sur l’Afrique et les questions relatives au développement et d’articles sur l’école, l’immigration, la religion, la société…
Lire la suite

Tijane N’Diaye : le génocide voilé

Cette étude traite en profondeur d’un drame passé à peu près inaperçu : la traite des Noirs d’Afrique par le monde arabo-musulman pendant plus de onze siècle.

Cette traite transaharienne, qui n’a pas totalement disparu de nos jours, a fait au moins 17 millions de victimes. Les razziés, capturés pour la plupart d’entre eux au Darfour et en Mauritanie, étaient contraints de traverser le désert à pied pour rejoindre le Maghreb, et l’on peut estimer que les trois-quarts d’entre eux ne survivaient pas : encore aujourd’hui, les pistes suivies par les captifs sont jalonnées par une longue ligne d’ossements humains et
de débris de tissus.

Pourtant, cette traite négrière a été minimisée, et continue à l’être, contrairement à la traite
occidentale vers l’Amérique. Pourquoi ? Parce que seule la conversion à l’islam permettait d’échapper à l’esclavage, la majeure partie de l’Afrique est devenue musulmane, d’où une forme de fraternité entre le côté « blanc » et le côté « noir » du continent, et une volonté commune de « voiler » ce génocide.

Historique, documenté, écrit avec une grande sensibilité, Le génocide voilé est aussi un livre
polémique et très courageux. La personnalité de l’auteur, lui-même noir et musulman, aurait pu l’amener à maintenir le voile ; il a préféré s’en réclamer pour révéler sans détours une vérité qui va forcément déranger.