Archives pour la catégorie Articles

Des pistes de lutte / Par Mohamed Yahya OULD CIRE

Des pistes de lutte

  1. La cause haratine est sacrée

Il faut la mettre au même niveau que l’indépendance d’un Etat, la souveraineté ou la libération d’un peuple. Elle est un fait non négociable. En effet, le groupe haratine ne peut et ne doit renoncer à sa liberté et l’égalité avec les autres composantes du peuple mauritanien.

  1. L’identité haratine

L’identité haratine doit être revendiquée chaque fois que besoin est.
Cette attitude a un double avantage. D’une part, elle prouve la fierté d’appartenir à ce groupe social que constituent les Haratine. D’autre part, elle démontre le fait d’être débarrassé du complexe d’infériorité lié au statut de l’esclave (Abd) et du hartani (affranchi).

  1. La solidarité entre les Haratine

Une solidarité au sein du groupe haratine s’impose.
Le système esclavagiste place ses victimes dans une situation d’isolement et de vulnérabilité.
Il faut donc, à l’opposé, créer une solidarité entre les Haratine face à toutes les épreuves, à l’image de la solidarité entre les Maures et au sein de leurs tribus. Cette tâche est difficile pour des victimes mentalement aliénées. Cependant, les militants haratine doivent surmonter ces entraves. Puis, par la conscientisation de masse, parvenir à créer cette idée de solidarité entre tous les Haratine.

  1. L’engagement par l’action

Tant que la liberté n’aura pas été obtenue ainsi que les droits y afférents, il convient de mener le combat par tous les moyens. Les exemples sont nombreux: dénoncer un cas d’esclavage avéré, prendre une photo et la poster sur les réseaux sociaux, contribuer à l’instruction des haratine dans une école ou en dehors, écrire dans un journal, conscientiser un individu ou un groupe victime de l’esclavage. Toutes ces contributions sont des facteurs de prises de conscience qui, à la longue, mènent à la libération.

  1. La reconnaissance constitutionnelle

Cette reconnaissance constitutionnelle de la communauté haratine est une revendication fondamentale. Toutes les communautés (Arabe, Pular, Soninké, Wolof) sont reconnues sur le plan ethnique et/ou culturel. Pour une question d’égalité, cette reconnaissance s’impose.
L’abolition de l’esclavage doit avoir pour conséquence non seulement la fin de l’asservissement mais aussi une reconnaissance officielle de la communauté haratine. De plus, la reconnaissance constitutionnelle de la communauté haratine est inséparable de l’égalité raciale. En effet, l’esclavage maure en Mauritanie a un caractère racial puisqu’il ne touche que la population noire.

  1. L’engagement des militants haratine dans les partis politiques

Les militants haratine doivent s’engager dans les partis, autres que ceux dirigés par les haratine.
Si les partis, en question, prennent en compte l’esclavage, l’engagement consistera à renforcer cette position par les idées et la sensibilisation.
Dans le cas contraire, l’action est d’introduire l’esclavage comme objectif du parti choisi et être l’animateur idéologique en son sein.

  1. La discrimination positive

Il s’agit de permettre à un groupe social de rattraper son retard par rapport à la communauté nationale, lequel retard a été suscité par une injustice. C’est le cas de l’esclavage qui a privé les Haratine de leurs droits économiques, juridiques et sociaux. La discrimination positive a été appliquée en Inde, aux États-Unis d’Amérique et en Afrique du Sud, depuis l’accession de la majorité noire au pouvoir. L’État mauritanien doit appliquer une politique dans ce sens pour permettre aux Haratine de se hisser au niveau du reste de la société mauritanienne. Il peut s’agir d’octroi de bourses internes ou externes, de recrutement de fonctionnaires dans la fonction publique ou parapublique, de projets économiques spécifiques à la couche haratine, nominations d’un nombre de ministres, d’ambassadeurs, de consuls généraux, de préfets, de gouverneurs, proportionnellement au poids démographique des Haratine en Mauritanie.

  1. Une réforme foncière et domaniale.

Celle-ci doit tenir compte du fait que les Haratine étaient et restent exclus de la propriété terrienne. Ils ont toujours travaillé des terres qui appartiennent à leurs maîtres sans bénéficier de leurs usufruits. Cette situation est l’une des caractéristiques de l’esclavage. Elle doit être réparée par une juste redistribution des terres. Aussi, cette réforme doit toucher non seulement les terres cultivables mais aussi les terrains fonciers dans les villes, les villages, etc.

  1. Les Haratine sont-ils maures ou négro-africains ?

Cette question fait partie de l’identité : les Haratine sont arabo-berbères (maures) par la culture et négro-africains par l’origine ethnique. Faut-il privilégier la culture à l’origine ou l’inverse ? Ces deux données historiques doivent être prises en compte dans toutes appréciations objectives. En effet, comment nier l’une ou l’autre ? C’est pourquoi les Haratine constituent un groupe social spécifique, différent, à la fois, des Maures par l’origine et des Négro-mauritaniens par la culture. La dignité haratine est d’assumer l’histoire de l’esclavage à savoir, la culture imposée par celui-ci et leur origine négro-africaine dont ils ne peuvent se départir.

  1. Le poids démographique des Haratine

Tout porte à croire que les Haratine sont majoritaires en Mauritanie. Les statistiques françaises de 1964-1965, qui ont tenu compte des ethnies et des groupes sociaux, indiquent que les Haratine (affranchis et esclaves) représentaient 43% de la population mauritanienne. Les Haratine habitent sur l’ensemble du territoire. Ce n’est pas le cas des deux autres communautés que sont les Arabes et les Négro-mauritaniens. Aujourd’hui, ils sont comptés comme des Arabes, alors qu’ils continuent à être exploités, directement ou indirectement, par la féodalité maure. L’Etat sécurise et assure cette exploitation.

Dans le discours de Néma, du 3 mai 2016, Mohamed Ould Abdel Aziz a dénoncé la natalité haratine. Ce qui prouve que les Haratine ne sont pas considérés comme des Arabes au regard du chef de l’Etat. Cette dénonciation est la preuve que la natalité haratine inquiète l’Etat mauritanien et à travers lui, la communauté maure. Les Maures détiennent le pouvoir économique, politique, militaire… Le seul pouvoir qui leur échappe est celui de la démographie. Celle-ci, constitue la richesse des Haratine. Il faut y tenir sans faille. Le but du discours de Néma est d’encourager la dénatalité haratine. L’esclavage est un système visant à enchaîner des personnes pour les dominer et les exploiter. Le discours de Néma vise le même but idéologique.

  1. La création des partis politiques et ONGs haratine


Elle est indissociable de la lutte pour l’émancipation et l’égalité. La seule limite serait la trahison à la cause haratine, à savoir une opposition implicite ou explicite à la libération, à l’émancipation et l’obtention des mêmes droits que les autres communautés nationales.

L’exemple des Intouchables en Inde vient prouver que la création des partis politiques et l’investissement des intéressés eux-mêmes dans les autres partis, leur a permis d’occuper des positions importantes sur l’échiquier politique.

  1. L’espoir

On vit de l’espoir et le désespoir tue. Un combat comme celui de l’abolition de l’esclavage nécessite beaucoup d’espoir. Mais celui-ci se nourrit de convictions, de persévérance et de courage. Le combat est long, épuisant et semé d’embûches. Il faut tenir toujours. A titre d’exemple, la lutte contre l’Apartheid (Afrique du Sud) a duré 82 ans (1912-1994).

NB : Pour plus d’informations, je vous renvoie à ma thèse : L’abolition de l’esclavage en Mauritanie et les difficultés de son application, soutenue en 2006 à l’université Paris II, mais également à mon livre : La Mauritanie entre l’esclavage et le racisme, Editions L’Harmattan, 2014.

Le 30 octobre 2018


Mohamed Yahya OULD CIRE

Président de AHME (Association des Haratine de Mauritanie en Europe)

Site : www.haratine.com

Depuis la prison, Biram écrit à la CNDH

Depuis la prison, Biram écrit à la CNDH Le leader de l’Initiative de Résurgence du mouvement Abolitionniste (IRA)-une ONG antiesclavagiste de MauritanieBiram ould Dah ould Abeid, élu député le 01 septembre 2018, mais détenu à titre préventif depuis le 13 août dernier, pour «violence et menaces » à la suite d’une plainte déposée par un journaliste, écrit à la Commission consultative Nationale des Droits de l’Homme (CNDH) pour rappeler le véritable sens de son combat. Lire la suite

Communiqué de presse d’IRA-Mauritanie [PhotoReportage]

Communiqué de presse d'IRA-Mauritanie [PhotoReportage]IRA Mauritanie fait remarquer que le rassemblement de protestation organisé le 15 novembre 2018 devant le ministère de la justice de la République Islamique de Mauritanie à Nouakchott n’a pas connu les attaques et la violence indicible des unités de police envers les militantes et militants pacifiques, comme c’était le cas dans les précédents rassemblements de notre organisation. Lire la suite

58 ans d’échecs politiques… la longue odyssée se poursuit !

58 ans d’échecs politiques… la longue odyssée se poursuit ! Si l’instabilité est la source principale des échecs politiques en Afrique, les coups d’Etat en sont la cause majeure en Mauritanie.

Un demi-siècle durant, les générations post -indépendance du pays ne se désillusionneront pas encore de voir les mouvements des troupes dans les rues, des barricades autour des points stratégiques de la capitale, signes qu’une conspiration contre le pouvoir en place a échoué ou réussi. Lire la suite

Mauritanie-Algérie. Echec face à Guerguerat: les exportations via Tindouf à l’arrêt

Mauritanie-Algérie. Echec face à Guerguerat: les exportations via Tindouf à l'arrêtAnnoncé en grande pompe, l’ambition de l’Algérie d’exporter des produits agricoles vers la Mauritanie a vite fait pschitt. En effet, le trafic portant sur l’acheminement vers la Mauritanie de marchandises à partir de régions situées beaucoup plus au nord de l’Algérie et via le nouveau poste transfrontalier au Sud de Tindouf, s’est arrêté depuis lundi 12 novembre. C’est ce qu’a rapporté, mardi soir, la presse d’Alger. Lire la suite

Réaction de la CLTM à exclusion de la Mauritanie de l’AGOA: «Nous sommes demandeurs, nous ne nous cachons pas», dixit Ould Beye

La confédération libre des travailleurs de Mauritanie (CLTM)  vient de faire connaître  sa réaction à l’exclusion par  le Etats-Unis de la Mauritanie de  la liste des pays bénéficiaires de  l’accord de l’AGOA. Pour la CLTM, cette décision  ne constitue pas une surprise, au contraire, le gouvernement devrait s’y attendre. Lire la suite