Archives pour la catégorie Articles

La jeunesse mauritanienne : entre crise de citoyenneté et apathie politique

23-07-2017 RMI-Info

La citoyenneté: ce terme est utilisé dans des contextes divers. On parle souvent de « bon citoyen », « une manifestation citoyenne », et « crise de citoyenneté », ce qui donne le caractère très flou de son explication.

Cependant, le terme de citoyenneté peut être défini comme des prérogatives et des obligations qui sont propres aux populations. Parmi ces prérogatives et obligations figure le droit de participation à la vie politique. En ce sens, un citoyen est donc « une entité de la population ayant des prérogatives et des responsabilités vis-à-vis de ses compatriotes ».
Lire la suite

Afrique: les recettes d’Ahmedou Ould Abdallah pour aider les présidents à quitter le pouvoir

Afrique: les recettes d'Ahmedou Ould Abdallah pour aider les présidents à quitter le pouvoirComment inciter les chefs d’états africains à lâcher le pouvoir? Ahmedou Ould Abdallah, ex-ministre des Affaires étrangères de Mauritanie et surtout haut fonctionnaire à la retraite de l’ONU, impliqué dans la résolution des crises en Afrique au cours des 20 dernières années, livre ses recettes.

Le 3e mandat constitue la hantise des peuples africains face à des dirigeants qui s’accrochent au pouvoir en manipulant les constitutions. Ce mode de gouvernance politique, qui consiste à transformer la Constitution en vulgaire torchon à adapter aux convenances du chef, frise la caricature avec le Congo-Brazzaville, le Cameroun, la Guinée équatoriale et la République démocratique du Congo. Lire la suite

L’éditorial de La Nouvelle Expression : A monsieur le Président, Mohamed Abdel Aziz

L’éditorial de La Nouvelle Expression : A monsieur le Président, Mohamed Abdel AzizC’est avec un intérêt particulier, Monsieur le Président, que je vous écris directement par le biais de cet éditorial.

La substance de mon écrit est pour moi, certainement sans être exhaustif, la somme des faits qui vous ont transformé ou révélé votre autre personnalité. Autre personnalité de cet homme qui se fait nommer « Le Président des pauvre » venus remettre de l’ordre dans un pays à terre.
Lire la suite

1er Juillet 2008 : Le gouvernement de Yahya Ould Ahmed Waghf est informé du dépôt d’une motion de censure à l’Assemblée

Le 1er Juillet 2008, « les députés sont convoqués pour vérification d’usage quant à l’authenticité de leur signature et le président de l’Assemblée [i] a écrit au gouvernement pour l’informer officiellement du dépôt de la motion ». La veille, en effet, a été déposée une motion de censure au gouvernement formé par Yahya Ould Ahmed Waghf [ii]. Le Premier ministre, homme de confiance du président de la République, à la campagne électorale de qui il a participé quoique sans véritable connaissance mutuelle antérieurement, a fait ses preuves… en accomplissant deux missions décisives. Organiser la majorité présidentielle qui – initialement – n’avait pas de référence puisque sa plus grande part est le fait d’élus « indépendants » comme l’a été le président lui-même. Préparer les concertations au sujet des réfugiés et à celui du passif humanitaire. A l’automne de 2007, c’est incontestablement acquis, et la nouvelle discipline parlementaire s’est éprouvée positivement pendant les débats et pour le vote de la loi incriminant désormais les pratiques esclavagistes [iii]. Lire la suite

Le discours de Néma: Entre la falsification de l’opposition et l’ambition de la majorité

Le 03 mai 2016, Son Excellence le Président Mohamed Ould Abdel Aziz a prononcé un discours devant des milliers de citoyens massés dans l’une des places de la ville de Néma, lequel discours a été très vite délibérément falsifié par les dirigeants de l’opposition qui l’ont encadré dans la polarité politique caractérisant la scène politique générale de notre pays depuis un certain temps.

A la lumière de cette falsification et des retombées qui marquent au niveau national le discours politique circulant aujourd’hui parmi l’élite, nous avons décidé de faire quelques remarques, en soulignant le contexte général ayant fondé cette falsification et les réponses qu’elle a suscitées.

Lire la suite

Les amendements constitutionnels: lecture du contexte et du contenu/par Dr. Hamed Ould BOUBACAR CIRE

I.  Contexte général

1.  Le contexte historique

La fin du XVème siècle et le début du XVIème siècle a connu d’importants changements au niveau mondial dont l’effet a rapidement touché les quatre coins du monde.

La dynamique générale qui a caractérisé l’évolution des sociétés européennes d’alors conduisit à ce que nous appelons la renaissance européenne.
Lire la suite

Mauritanie : « notre monnaie s’est dépréciée de 300% par rapport au Franc CFA » (Economiste mauritanien)

14-07-2017Deutsche Welle

De plus en plus de voix s’élèvent pour demander le retrait des pays africains de la zone Franc CFA. Certains économistes et chef d’Etats africains considèrent que le Franc CFA est un frein au développement économique.

Si ce scénario se réalisait, les conséquences pourraient être perçues sous plusieurs formes. Pour Demba Moussa Dembele, économiste sénégalais, un des auteurs du livre « Sortir l’Afrique de la servitude monétaire, à qui profite le FCFA ? – il y a certes un prix à payer pour obtenir sa liberté. Lire la suite

La Mauritanie, à l’heure de la désintermédiation bancaire de l’emprunt

18 July, 2017 – Maître Taleb Khyar ould Mohamed Mouloud

La Mauritanie est un pays à économie d’endettement, comme d’ailleurs la plupart des pays du globe, à l’exception de ceux qui abritent des places financières de renom. Or, dans les pays à économie d’endettement, la désintermédiation bancaire de l’emprunt révèle de manière mécanique l’absence des banques dans le financement de l’économie réelle, bien qu’il s’agisse de la première de leurs missions. Au-delà de cette incurie de l’industrie bancaire, la cohabitation entre une économie d’endettement et  la  désintermédiation de l’emprunt conduit à la dégradation du tissu entrepreneurial qui  se poursuivra  aussi longtemps que n’aura pas été mis en place un marché de capitaux, capable de drainer l’épargne en quantité et en qualité, et d’en assurer la redistribution aux investisseurs , conformément aux mécanismes boursiers de fixation des prix.  L’emprunt est en effet  au centre de la performance entrepreneuriale ; on ne peut pas imaginer qu’une entreprise puisse se passer de l’emprunt  considéré de manière unanime par les financiers comme le facteur le plus moteur de la croissance interne des sociétés commerciales, bien plus que l’augmentation de capital, les subventions publiques ou autres produits exceptionnels.

Lire la suite

Les constitutions : lettre morte en étagère !

13 July, 2017Cheikhna DAH

La constitution institue les règles fondamentales de l’Etat en fonction de sa situation politique, sociale et économique au moment de son adoption. L’Etat commence l’établissement d’un système démocratique sur cette base. Le rôle de la constitution est ainsi d’organiser les relations et les responsabilités entre les Institutions (c’est-à-dire les trois pouvoirs) de sorte que nul d’entre eux ne puisse dominer ou outrepasser les autres. Le terme démocratie est utilisé pour décrire le système de pouvoir dans l’Etat démocratique, ou, dans un autre sens, pour décrire la culture d’une société. Dans ce sens, la démocratie est un système social distingué régissant la vie de la société et faisant référence à une culture politique et morale donnée contenant des notions comme la nécessite de l’alternance pacifique du pouvoir d’une façon périodique et la primauté du principe de la souveraineté du Peuple. Or, l’une des questions les plus importantes pour nous en Mauritanie est de voir et savoir dans quelle mesure l’histoire de notre jeune Etat a-t-il concrétisé ces notions de la constitution et de la démocratie.

Lire la suite

Les partis politiques face aux défis de la rupture

13 July, 2017 –  Par Maître Mine Abdoullah

 

Le monde d’aujourd’hui serait-il devenu allergique aux partis politiques (dits traditionnels) ? Les notions droite et gauche (le centre n’étant, au fond, qu’un refus de s’assumer) ne seraient-elles plus porteuses d’espoir au point que les citoyens les assimilent à bonnet blanc et blanc bonnet ? Ou est-ce parce que le politicien traditionnel (pour ne pas dire « professionnel ») ne soulève plus d’enthousiasme que partout, maintenant, on assiste à la montée en puissance de partis dits extrêmes et de « Nouveaux Types de Politiciens » (NTP) ?

Lire la suite