Archives pour la catégorie Textes juridiques & Témoignages

Le Trarza et la lutte anti coloniale (3)

Vint ensuite le fameux émir Ahmed ould Deïd (1930-1944), célèbre pour sa résistance et sa bravoure. Lors de la pénétration, il avait lutté, avec nombre d’autres, contre le pouvoir d’Ahmed Salem ould Ely. Dès les premiers pas des colons chez nous, il avait décidé de mener, avec son frère ainé Sidi, le combat  contre ces infidèles envahisseurs. Pendant huit longues années il leur donna beaucoup de fil à retordre. Lire la suite

Mauritanie: Des experts des droits de l’homme demandent une réforme immédiate de la nouvelle loi sur la non-discrimination

GENEVE (31 janvier 2018) – Une nouvelle loi adoptée en Mauritanie représentant une tentative positive pour lutter contre la discrimination, soulève de graves préoccupations pour les droits de l’homme et doit être réformée, a déclaré un groupe d’experts des droits de l’homme des Nations Unies. Lire la suite

Vœux de nouvel an 2018

A.H.M.E. souhaite une bonne et heureuse année 2018 à ses adhérents et sympathisants ainsi qu’à tous les internautes du site www.haratine.com.

L’abolition de l’esclavage et du racisme en Mauritanie demeure une question importante. A.H.M.E. continuera le combat tant que cette problématique ne sera pas résolue.

Le site d’A.H.M.E. constitue un moyen de combat comme un autre, en vue de mettre fin à ces fléaux sociaux, que sont l’esclavage et le racisme. Il en est de même de nos publications : « L’abolition de l’esclavage en Mauritanie et les difficultés de son application », thèse soutenue en 2006 et publiée par l’ANRT (Atelier National de Reproduction des Thèses) en 2008 et « La Mauritanie, entre l’esclavage et le racisme », édition l’Harmattan, 2014.

Mohamed Yahya Ould Ciré
Président de A.H.M.E.
Site : www.haratine.com
Courriel : ahme@haratine.com

 

La parole libérée des anciens esclaves (3) : Venus de nulle part, ils veulent s’en sortir dignement…

La parole libérée des anciens esclaves (3) : Venus de nulle part, ils veulent s’en sortir dignement… Dans le viseur du pouvoir et faute de moyens, les organisations abolitionnistes ont du mal à mettre en œuvre de réels programmes d’appui aux anciennes victimes. « Nous faisons face à des obstacles énormes posés, en grande partie et de manière invisible, par le pouvoir », dénonce le président de SOS Esclaves, Boubacar Messaoud. Lire la suite

La Mauritanie devient le deuxième pays africain à s’engager pour mettre fin à l’esclavage moderne

La Mauritanie devient le deuxième pays africain à s’engager pour mettre fin à l’esclavage moderne

La Mauritanie a ratifié le Protocole de 2014 relatif à la convention de 1930 sur le travail forcé, renforçant ainsi le mouvement mondial contre le travail forcé sous toutes ses formes, y compris la traite des êtres humains.

La Mauritanie rejoint leNiger, la Norvège et leRoyaume-Uni parmi les premiers Etats à s’engager officiellement pour mettre en œuvre le Protocole.  Lire la suite

Jean-Baptiste LABAT, un négrophobe tortionnaire aux Antilles

C’était au milieu des années 1690, aux Antilles où sévissait un prêtre chrétien négrophobe, particulièrement sadique. Outre les sévices corporels atroces dont il s’enorgueillissait de l’expertise, ce tortionnaire de LABAT anéantissait mentalement les captifs africains les plus compétents en matière spirituelle ; leur compétence étant vécue par ce criminel comme une concurrence déloyale aux plaisanteries chrétiennes dont Labat faisait un très riche commerce aux colonies .

Lire la suite

Lettres de Louis HUNKANRIN, exilé de force, sur l’esclavage en Mauritanie

Les Maures considèrent les Noirs, en général, comme des captifs. Mais les Noirs qu’ils ont pu jusqu’ici capturer et réussi à mettre sous leur Joug sont, en particulier, les indigènes du Soudan et du Sénégal, ces Colonies étant à proximité de la Mauritanie et se trouvant aliéné être les greniers où ils vont, tous les ans, s’approvisionner en vivre dont leur pays désert est dépourvu et en captifs dont ils ont besoin pour leurs divers travaux, considérant eux-mêmes tout travail comme un déshonneur. Lire la suite