Archives pour la catégorie Textes juridiques & Témoignages

La Mederdra de mon enfance (suite et fin)/Par Mohamed Abdallahi Bezeid

Non loin de là il y avait la modeste demeure de Dah Ould Madiguéne, un brave homme chez qui j’ai pris souvent du thé en compagnie d’un autre ami d’enfance Moloud Ould Dah qui a rejoint la cour des comptes.
A quelques centaines de mètres d’El Marrakchi vivait, presque en marge de la société, une dame répondant au nom de Bassine et à laquelle la population prêtait des pouvoirs surnaturels.
Il y avait enfin les commerces modestes, ceux d’Ahmedal Ould Babeddina, de Baba Ould Cheikh,  de Kheiratt  et les petites échoppes  tenues par mes défunts cousins : Mohamed Abdel Hay ould Nih (Nahay), Mohamed Lemine O. Béchar, Ammi ould Moutali, Lire la suite

Bazeid, Mederdra, une enfance de souvenirs

La Mederdra de mon enfance

Bazeid Mohamed Abdallahi est l’une des grandes plumes de la presse et surtout de Radio Mauritanie. Sa voix s’écoute partout sur le territoire national. Nous vous faisons découvrir une série de ses textes succulents. Avec La Mederdra de mon enfance, il use d’un grand exercice de mémoire. Et nous offre l’image d’une certaine Mauritanie où tout le monde est ami à tout le monde, les lieux de mémoires des patrimoines communs. 

A lire, entre confessions, rires et recherche de repères !

Que les anciens amis, ou familles qui se reconnaîtront, n’hésitent pas à réagir : nous transmettrons !

 

Du temps où j’y fréquentais l’Ecole Folantant, au début des années soixante du siècle dernier, Mederdra était une petite bourgade paisible où il faisait bon vivre. Enserrée entre de grandes fourrières, des périmètres boisés soigneusement protégés par des fils barbelés, elle s’étirait du nord au sud sur une colline de moyenne altitude. Côté nord, il y avait Lire la suite

Bassiknou : manifestation devant l’administration contre les viols en série

Bassiknou : manifestation devant l’administration contre les viols en sérieLes agressions, les viols et les violences faites aux filles et femmes « C’est trop ». C’est le slogan de plusieurs centaines de manifestants, ce jeudi 4 juin, devant le bâtiment de la Moughataa à Bassiknou, dans le hodh.

En majorité des femmes, les participants ont protesté contre la multiplication, selon eux, des agressions sexuelles et des viols dans la ville. Le viol d’une jeune fille, qui a été précédé d’une série de viols le mois dernier dans les Lire la suite

Mreiba nebghih, Mreiba Nebghih Wel ma yesma’ koun eb wedhneih

Lorsqu’elle vit son frère venir suivi de l’un de ses esclaves sur un âne, Ramla eut un terrible préssentiment, mais elle continua d’allaiter le bébé. Mreiba était devant la tente et s’affairait à donner le fourrage au petit troupeau qu’il s’était constitué.
– Mreiba, cria Kaber de sa voix sèche.
Mreiba se retourna et reconnut son maître.
– Oui maître
Il se dirigea vers lui d’un pas alerte. En entendant la voix de son frère, Ramla eut un haut-le-corps. A la vue de la Mas 36, Mreiba ralentit, puis s’arrêta net en voyant l’expression rageuse de son maître, mais il ne fit rien pour tenter de fuir, au contraire, il soutint fermement son regard.
– Nooooon, hurla Ramla qui s’élança comme une tigresse pour s’interposer entre les deux Lire la suite

Le chien aboie la caravane passe

La dernière tentative de distribution de vivres dans la Commune de N’Diago a fait couler beaucoup d’encre et de salive. Cela m’amène à éclairer les hommes et femmes de bonne foi sur les tenants et aboutissants de cette affaire. De quoi s’agit-il en réalité ? La veille de l’arrivée de la caravane en question à N’Diago, une cérémonie avait eu lieu à Keur Macène, en présence des représentants des autorités locales, ainsi que des maires des deux communes de Keur Macène et M’Balal. Seules les autorités de N’Diago et les représentants de sa commune étaient absents. Au cours de cette cérémonie, il a été décidé de procéder à des distributions de vivres dans toute la Mooughataa. Le coup d’envoi de l’opération a été donné par le Hakem en personne, preuve que l’opération était placée sous la supervision de l’administration départementale, sans qu’une partie de cette administration, en l’occurre

Manifeste pour les droits des Haratines au sein d’une Mauritanie unie

REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE

 Honneur – Fraternité – Justice

 MANIFESTE Pour les droits politiques, économiques et sociaux des Haratines au sein d’une Mauritanie unie, égalitaire et réconciliée avec elle-même

 

I) La Question Haratine : l’interminable exclusion

Après plus d’un demi-siècle d’indépendance, la Mauritanie, pays multiethnique et multiculturel par excellence, demeure plus que jamais confrontée au défi de la mise en place d’un véritable contrat social, fondé sur l’appartenance commune à une Nation Unifiée. Lire la suite

Micro-trottoir: l’avis des citoyens sur les propos de Biram Dah Abeid

Le 17 février 2020, le président des réseaux IRA dans le monde, député à l’assemblée nationale, M. Biram Dah Abeid  a été récompensé par le « Prix du Courage » au sommet de Genève, pour les droits humains et la démocratie.
Dans son discours devant le parterre de diplomates et les ONG internationales, il dénonce un  Apartheid  non officiel implanté par l’état Mauritanien au cœur de l’Afrique de l’Ouest que certaines puissances occidentales soutiennent militairement et économiquement.

Lire la suite

Enjeux de la dépénalisation de l’émission de chèques sans provision. Par maître Taleb Khyar*

 

Enjeux de la dépénalisation de l’émission de chèques sans provision. Par maître Taleb Khyar*

Emettre un chèque sans provision ne devrait pas être une cause objective d’irresponsabilité, or tel serait le cas si cette irresponsabilité trouvait sa source dans la loi, et c’est pour cette raison qu’une dépénalisation à sec d’un tel fait, incriminé à ce jour comme un délit exposant son auteur à cinq ans (5) d’emprisonnement, serait une menace à la paix publique, si elle n’était pas atténuée par des mesures d’accompagnement, suffisamment dissuasives, pour éviter un recours immodéré à ce mode de paiement pour lequel les mauritaniens ont déjà un goût prononcé, même si c’est pour des motifs à la lisière de la légalité. Lire la suite