Exclusif: Hassana Mbeirick dresse les enjeux du champ GTA à cheval entre le Sénégal et la Mauritanie

Exclusif: Hassana Mbeirick dresse les enjeux du champ GTA à cheval entre le Sénégal et la MauritanieSpécialiste des négociations commerciales internationales et ancien Directeur de SNC-Lavalin Mauritanie, Hassana Mbeirick justifie d’une expérience de plus de 25 ans dans le développement du secteur privé mauritanien dont 17 ans dans le secteur minier et pétrolier.

Il est aujourd’hui le Directeur-Fondateur de Meen & Meen, une firme d’Ingénierie-Conseil dans le secteur Oil&Gas. Polyglotte, Hassana Mbeirick est un fin connaisseur des rouages de Lire la suite

La société civile se doit de soutenir l’action du Gouvernement mais elle se doit assurer le Contrôle Citoyen de l’Action Publique

La société civile se doit de soutenir l'action du Gouvernement mais elle se doit assurer le Contrôle Citoyen de l'Action PubliqueLes engagements pris par le Président Mohamed Ould Cheikh Ghazouani, « Taahoudati » la série d’inaugurations et d’actions entreprises au cours des derniers mois ainsi que la présentation par le premier ministre du bilan et des perspectives de la mise en œuvre de la déclaration de politique générale, nous amène à la réflexion suivante en ce qui concerne le volet agricole.

La réussite de ce programme nécessite un effort soutenu et permanent de toute la population, la conduite par une nouvelle élite inclusive et l’amélioration des conditions de vie des populations se doit d’être endogène afin d’être utile et de fournir le plus grand résultat.

Le programme national de réhabilitation de 5726 hectares et de construction de 75 barrages est ambitieux, réaliste et réalisable. Nous devons tous le soutenir car il vise à améliorer la résilience agricole de plus de 24.000 familles dans 10 Wilayas du pays en vue d’augmentation de la surface cultivable et donc de la production et de la productivité agricole.

En tant que citoyens et membres de la société civile, nous nous devrons de l’accompagner et d’œuvrer à sa réussite. L’approche de soutenir ce secteur primaire est judicieuse et intelligente car c’est l’un des secteurs piliers du développement.

De plus, ce programme découle d’une vision qui nous avait manqué par le passé mais surtout d’une réelle volonté politique car issue des engagements pris par le Président de la République. Sa mise en œuvre par le Gouvernement se doit d’être la plus efficace et efficiente possibles afin de répondre aux aspirations des populations rurales qui avaient vu défiler, par le passé, tellement de missions et entendus tellement de promesses qu’elles commencent à désespérer de ne rencontrer que des personnes dont les actes ne suivent pas leurs paroles. Et leur langage se perd dans les vacarmes des véhicules de mission sitôt qu’elles quittent les villages.

La mise en œuvre se doit donc d’être accompagnée par des missions de contrôle, de suivi et de supervision effectuées par des départements autres que celui du Développement rural afin de garantir toute la transparence dans les rapports et comptes rendus de mission. Cela permettra de s’assurer que les engagements pris et moyens mis à la disposition ont été utilisés uniquement aux services de la qualité des ouvrages et la satisfaction des besoins des populations les plus vulnérables.

Nous proposons également, pour la réussite de ce programme et de tous les autres, que la société civile et les autorités locales les accompagnent afin de s’assurer de la mise en place de structures de gestion locales, qui seront en charge de la maintenance et de l’entretien des ouvrages agricoles. Un renforcement de compétences est dans ce cas nécessaire.

La société civile peut également bénéficier de fonds additionnels pour assurer le Contrôle Citoyen de l’Action Publique.

Le Commissariat aux Droits de l’Homme, à l’Action Humanitaire et des Relations avec la Société Civile (CDHAHRSC) peut contribuer techniquement et financièrement à former la société civile à se spécialiser.

Cela lui permettra de recruter de jeunes cadres diplômés mauritaniens, de les former et de les préparer ainsi dans un proche avenir à rivaliser à tous les experts chevronnés et expérimentés qu’ils ne peuvent concurrencer actuellement sur le marché du travail faute d’opportunités de travail et d’encadrement.

La société civile pourra ainsi contribuer, à travers cette opportunité d’encadrement, à la formation et à l’insertion professionnelle de la jeunesse mauritanienne.

Ahmed Vall Boumouzouna

Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n’engagent que leur avis, opinion et responsabilité

Le rôle de la société civile dans la lutte contre la corruption

(A l’occasion de la Journée Mondiale contre la Corruption – 9 Décembre 2013 et suite aux différents séminaires consacrés à cette problématique)

1. Constat

En matière de corruption, la loi est claire : tout acte de corruption ou de trafic d’influence est passible d’une peine.

L’article 171 du code pénal dispose que : «Sera puni d’un emprisonnement de deux à dix ans et d’une amende double de la valeur des promesses agréées ou des choses reçues ou demandées, sans que ladite amende puisse être inférieure à 20.000 UM, quiconque aura sollicité ou agréé des offres ou promesses, sollicité ou reçu des dons pour ……… faire ou s’abstenir de faire……….rendre une décision………………….dissimuler………….. etc…….. ». (voir aussi les articles 172 à 177 du même code).

Pratique qui tend à la généralisation, la corruption est répartie sur toutes les surfaces du globe. De ce seul fait, il reste évident qu’aucune partie de la Terre, qu’aucun peuple ou pays en particulier n’a le monopole de cette tare. C’est dire aussi qu’en tout lieu et de tout temps, elle est et demeure une gangrène qui vit insidieusement et se développe – souvent à grandes enjambées – dans le corps de la société. Lire la suite

Mauritanie : Encore un cas d’esclavage traditionnel sur mineur | Note d’alerte

Mauritanie : Encore un cas d'esclavage traditionnel sur mineur  | Note d’alerteIRA-MauritanieFaits

Le 5 février 2020, Beibbeu Ould Cheikh, un garçon de 8 ans, fuit le domicile de son propriétaire, Ahmed Ould Taher, un dignitaire arabo-berbère, propriétaire de bétail, dans le département de Ould Yengé, région du Guidimakha, au sud-est de la Mauritanie.

Youba, berger d’un troupeau de caprins et d’ovins, est né esclave, un statut qu’il hérite de sa mère Maata. Depuis son éveil, il subit, les travaux forcés, les châtiments corporels, ne dispose de document d’état-civil et n’a jamais été scolarisé. Lire la suite

Commission d’enquête parlementaire : Première comparution

La commission d’enquête parlementaire,  mise en place par le parlement mauritanien, a commencé ses travaux mercredi 12 février par  la convocation du directeur des infrastructures au ministère de l’équipement et du transport. Selon l’agence Al Akhbar, des sources proches de la commission d’enquête confirment que le responsable cité a bien comparu devant la commission suite à sa convocation liée à l’un des dossiers objet de l’enquête. Lire la suite

Mauritanien ou pérégrin, haute voltige…/Mauritanien ou pérégrin, haute voltige…/Par Sid’Ahmed ould Éleya El Ammoni

Être mauritanien, c’est d’abord connaître, comprendre, accepter et aimer son pays. Ceci s’est avéré, pour moi, tout au long de mes pérégrinations intellectuelles, tout simplement de la haute voltige. Tellement le sujet demande, exige et comporte de gymnastiques et d’acrobaties à donner le tournis. Fort d’environ quatre millions d’habitants, mon pays s’est retrouvé peuplé, par une conjugaison de l’histoire et de la géographie, de quatre ethnies couvrant quelque deux ou trois cents tribus, réparties et redistribuées inéquitablement sur quatorze régions et quelques aires géographiques. Lire la suite

« Interdire l’homosexualité n’a rien d’homophobe », selon le président sénégalais Macky Sall

« Interdire l’homosexualité n’a rien d’homophobe », selon le président sénégalais Macky SallLe président Macky Sall a déclaré, mercredi 12 février, que l’interdiction de l’homosexualité au Sénégal relevait de la spécificité culturelle de son pays et n’avait « rien à voir » avec l’homophobie, en présence du premier ministre canadien Justin Trudeau, qui a « brièvement » évoqué le sujet avec lui. Lire la suite

Mauritanie-UE : réunion autour du renouvellement de l’accord de pêche

Mauritanie-UE : réunion autour du renouvellement de l’accord de pêcheLe ministre mauritanien des pêches et de l’économie maritime a eu mercredi des entretiens avec l’ambassadeur représentant de l’union européenne à Nouakchott Giacomo Durazzo consacrés à la prochaine réunion du comité mixte mauritano-européenne pour la pêche qui doit consacrer le quatrième round des négociations entre les deux parties destinées à renouveler le protocole de pêche qui les lie. Lire la suite