Archives pour la catégorie Articles & Communiqués

Ministère de l’Intérieur : L’Etat de droit signifie que tous doivent répondre de l’observation des lois

Ministère de l'Intérieur : L'Etat de droit signifie que tous doivent répondre de l'observation des loisLe gouvernement s’est attelé à l’œuvre salutaire de restauration et de réaffirmation des règles et des institutions d’un véritable Etat de droit républicain, pour protéger les libertés individuelles et collectives, et pour promouvoir une plus grande inclusion des citoyens, dans la paix et la concorde.

C’est ce qu’indique un communiqué du ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation parvenu, vendredi, à l’AMI.

Le communiqué précise que cette promotion de l’Etat de droit s’inscrit dans un vaste Lire la suite

Face aux viols en Mauritanie, le monde rural invente ses « Cages à filles »

Face aux viols en Mauritanie, le monde rural invente ses « Cages à filles »Face à la recrudescence des viols qui se sont déportés jusqu’aux plus lointaines localités, les populations de la Mauritanie profonde ont créé des cages en fer où elles enferment leurs filles pendant la nuit. Ce sont les « Cages à filles ».

Il faut dire que le démon de midi, qui décrit les appétits sexuels redoublés qui s’emparent d’hommes ou de femmes mûrs, au midi de leur vie, a gagné énormément de terrain dans ce pays, surtout parmi les jeunes. Et pourtant, Lire la suite

Nouvelles perquisitions dans l’enquête anti-corruption sous le régime Aziz

Nouvelles perquisitions dans l’enquête anti-corruption sous le régime Aziz Plusieurs semaines après le lancement de l’opération, l’enquête préliminaire sur la corruption pendant la décennie écoulée avance, malgré une réelle perception de lenteur largement répandue au sein de l’opinion.

En effet, les enquêteurs de la police anti-corruption poursuivent les investigations relatives à la gouvernance pendant la décennie de règne de l’ancien président Mohamed ould Abdel Aziz (2008/2019), avec de nouvelles mesures accomplies ces derniers jours, rapporte vendredi la presse locale, citant des Lire la suite

La Mederdra de mon enfance (1)

Du temps où j’y fréquentais l’Ecole Folantant, au début des années soixante du siècle dernier, Mederdra était une petite bourgade paisible où il faisait bon vivre. Enserrée entre de grandes fourrières, des périmètres boisés soigneusement protégés par des fils barbelés, elle s’étirait du nord au sud sur une colline de moyenne altitude. Lire la suite

Une psychologue tuée après avoir effectué un signalement au procureur de la République

Selon des médias dont Francetvinfo : « Les motivations seraient liées à un signalement rédigé la veille des faits mettant en cause le suspect pour des faits de nature sexuelle commis sur mineur de quinze ans. Comment le septuagénaire a-t-il eu vent de ce signalement de la psychologue? L’homme a pour l’instant avoué le coup de feu, il est mis en examen pour assassinat depuis hier soir. » Lire la suite

A propos d’un certain parcours /Par Ahmed Ould Sidi-Baba

A mon cher Ahmed Kelly,

Je te l’ai dit au téléphone, j’ai lu ton livre d’une seule traite, car une fois cette lecture commencée, je n’ai pu l’interrompre avant la dernière ligne de la table des matières.

 

Je te l’ai dit également, aussitôt la lecture achevée, ma première et immédiate sensation s’est résumée en un seul mot : « délicieux » !

Suite à ta demande de recevoir mon sentiment par écrit et dans le détail, j’ai, « avec appétit », je dois le dire, procédé à une deuxième lecture plus attentive et avec le souci de ne pas rester prisonnier de ma toute première et dithyrambique impression.

  • Avec appétit », dis-je, mais non sans une certaine inquiétude de me retrouver dans l’obligation objective de revenir sur mon premier mouvement et de tempérer, ne serait-ce qu’en partie, la joie, pour tout dire quasi instinctive, que m’a procurée ma première et rapide lecture.

Je ne résiste pas au plaisir de te dire dès l’abord et avant d’entrer dans les détails, que cette crainte s’est avérée sans objet.

Mon premier sentiment s’est, au contraire, conforté, puis enrichi et complété de considérations moins liées au plaisir esthétique égoïste ressenti au premier moment ; lequel fut, peut-être un peu subjectif, du fait de l’empathie que m’a toujours inspiré, à moi comme à beaucoup d’autres, je le sais, la personnalité de l’auteur et son milieu familial.

 

———-

 

 

Je ne puis me défaire de l’impression que ton récit – et c’est peut-être là que réside le secret de son charme – n’est en réalité que la transcription d’un soliloque intérieur longtemps contenu dans ton imaginaire. Non pas donc un travail prémédité et organisé sous la forme d’un message délibérément destiné à l’illustration d’un monde révolu ou de personnages disparus et, par la même occasion, à délivrer au lecteur, la pensée, les convictions ou les choix de l’auteur.

Et pourtant, te référant à Montaigne, tu en es, comme tu dis, « la substance»; mais une substance détachée du nombrilisme biographique indécent et de l’hagiographie familiale impudique.

 

Et d’ailleurs, ne voilà-t-il  pas que tu ajoutes plus  loin dans ton  «éclairage » liminaire : « l’arbitraire s’est finalement imposé et a triomphé, laissant place aux séquences qui se bousculent et à l’ignorance de toute chronologie. Je laisserai donc la liberté à la plume, sans aucune contrainte ».

 

Un grand merci alors à cette plume libérée qui nous a livré un récit charmant dans sa spontanéité et, même parfois, dans son ingénuité à l’occasion de doutes ou de questionnements adressés par le narrateur à lui-même.

 

C’est aussi un récit où se mêlent et se complètent dans un style aéré et limpide :

 

  • L’évocation pudique et pourtant incitative à la nostalgie, de terroirs, d’évènements ou de personnages dont la palette illustre (puisse le populisme frénétique qui sévit de nos jours en tirer quelque leçon) l’unité de notre Nation.

 

Unité dont tu parles d’ailleurs excellemment dans le passage inspiré et pertinent que je me plais à citer : « c’est oublier que celle-ci [l’unité] a précédé le Parti unique et a même précédé l’Etat au sens moderne du terme. Elle n’est donc pas récente et n’a pas jailli des sables. L’Islam l’a façonnée depuis des siècles…Chacun, enfoui chez lui sous sa tente dans le désert ou dans sa case vivait la mauritanité à sa façon…En l’absence d’autorité centrale de régulation pour contrer l’anarchie ambiante, le vivre ensemble continuait…Ici, l’Islam et sa culture nous maintiennent ensemble. Elle n’était donc pas si miraculeuse que ça, notre unité ».

 

  • L’analyse des problèmes de société, tels que la stratification sociale dont les méfaits étaient moins fréquents et la dénonciation moins évidente du fait de la solidarité islamique ambiante et du caractère universel de la pauvreté ; cette pauvreté qui n’était alors, ni sujet de honte, ni un motif de déclassement social et qui avait même tendance à s’ignorer elle-même.

 

  • Le positionnement politique empreint de réalisme, de modération et de conviction démocratique. Et à cette occasion nous retrouvons les figures emblématiques des bâtisseurs de notre Etat dans leur diversité ethnique, sociale et régionale et, à leur tête, l’inoubliable

 

Président Moktar Ould Daddah, rahimahou ALLAH.

 

Et ici, on ne peut que retenir cette assertion si juste et si nécessaire à observer par ceux qui sont aujourd’hui ou seront en charge demain des destinées de notre Nation : « l’égalité à la naissance devant la loi et le juge, comme aussi la bonne répartition des richesses du pays, voilà des pistes de recherche. Ce combat ne pourra être mené que par l’Etat ».

 

Juste aussi ton jugement sans nuance sur le Parti Unique que le défunt Président Algérien, Ben Bella, qui l’a pratiqué et qui sait donc de quoi il parle, a fini par dénoncer, comme étant « le mal unique ».

 

Moins fondé par contre, à mes yeux, ton propos relatif à ce que tu appelles « une fin de règne » et « un Etat agonisant ».

 

Il est vrai que le pays était alors en guerre, une guerre, rappelons-le, qui lui a été imposée puisque, sans déclaration et sans préavis, le territoire national a été agressé.

 

Cela est vrai aussi, toute guerre est un désastre à la fois humain et économique ; mais chez nous, comme ailleurs, elle fut aussi l’occasion (à quelque chose malheur est bon) de l’affirmation et de la consolidation du sentiment patriotique national et la traduction évidente de l’unité de notre jeune Nation face à l’adversité.

 

Du reste, comme toute guerre, elle ne pouvait que prendre fin d’une manière ou d’une autre ; laissant en place, n’eût été le putsch du 10 juillet 1978, un pays sans doute économiquement affaibli et humainement endeuillé ; mais aussi un Etat tenu en main par une élite nationale toutes ethnies confondues, a tout point de vue exemplaire et que son chef, le Président Moktar Ould Daddah, était sur le point de faire accéder, dans la paix et l’unité, à la pratique

 

démocratique pluraliste, comme en témoigne ce passage que chacun peut lire à la page 329 de la version en langue française de ses mémoires : « Mais au fond de moi-même, je considérais que le Parti unique, vital pour pays au stade de son évolution d’alors, devait céder la place au multipartisme, dès que le degré de consolidation de l’unité nationale le permettrait.

 

Une telle perspective était tellement présente dans mon esprit, que j’ai fini par en parler le 08 juillet 1978 précisément [donc deux jours avant le coup d’état du 10 juillet 1978] avec mon plus ancien coéquipier, Ahmed Ould Mohamed Saleh. Nous avons alors convenu d’en discuter profondément par la suite. Mais là aussi, l’homme propose et Dieu dispose ». F

 

  • L’émotion contenue à l’évocation de personnages vénérés, Cheikh Abdallah et Channa bien sûr, ainsi que les oncles paternels et maternels, mais aussi de personnalités proches de la famille et ayant assuré auprès d’elle différents rôles privés ou publics. Evocation également d’amis encore en vie, Dieu merci, ou ayant malheureusement disparu.

 

Le même souvenir ému et les mêmes ferventes prières s’étendent à des personnages moins notoires de l’entourage familial : cuisinières, bergers, hommes de peine, artisans (ces derniers qualifiés, à juste titre, de « véritables élites »)

 

  • Et, « cerise sur le gâteau », l’humour et ici, il ne s’agit pas d’humour recherché et prémédité, comme cela se pratique couramment et avec bonheur dans la région de Boutilimitt en particulier et au Trarza en général. En voici quelques exemples :

 

A l’école ‘‘moderne’’ qui se tenait sous un arbre et à même le sol, « les fournitures étaient rares ; le maître disposait néanmoins d’un sifflet pour marquer la rentrée ».

 

Un hommage particulier doit être rendu à l’âne que chevauchait le jeune Ahmed Kelly pour aller à l’école par crainte des serpents et des scorpions ou pour assister aux festivités de Boutilimit, et, assis avec certains des siens sous un arbre, à l’arrivée du premier avion atterrissant dans le village.

 

Parmi les cuisiniers, il y avait la vigoureuse Aichata qui était aussi dentiste à ses heures : « nous nous bousculions vers les cuisines, un peu de bois sur la tête, espérant qu’en retour nous mériterions une petite récompense alimentaire. Ce système s’appellera plus tard travail contre nourriture ».

 

Ahmed Kelly était, dit-il, un passionné de l’eau et il a fini par se familiariser avec l’univers marin : « Toutefois, encore aujourd’hui, je continue à m’en méfier. Quand il m’arrive de plonger dans l’Océan, j’ai hâte d’en sortir au plus vite. Auparavant, je prends soin de m’attacher le pied à une corde solidement reliée à la terre ferme »

 

Ahmed Kelly, l’enfant turbulent, suspendu par les pieds afin de régurgiter par la bouche et le nez tout le lait englouti à l’occasion de sa quasi noyade dans une énorme piscine de lait (asselaye).

 

Parlant de l’hospitalité des bergers, Ahmed Kelly en vient à évoquer Virgile et son Eneide.

 

Lisant « Un certain parcours » je ne peux m’empêcher d’y trouver une « certaine ressemblance » avec des passages ruraux de l’Iliade et de l’Odyssée et de songer que le chapitre « La vie au campement » qui nous présente des tableaux d’une « grande profondeur humaine » aurait pu emprunter à Hésiode le titre de son œuvre « les travaux et les jours ».

 

Un seul regret puisqu’il faut bien, tout de même, formuler quelque réserve : j’aurais aimé que le verbatim final fasse place, et la plus conséquente possible, à des citations du Président Moktar Ould Daddah, rahimahou ALLAH.

 

Enfin, ma seule recommandation, sous forme de souhait : que le tome 2 d’un « Certain parcours » reste inscrit dans la même veine et le même registre que le tome 1.

Mauritanie-Guinee-Bissau : La rencontre Ghazouani-Umaro Sissoco Embalo renforce l’axe Nouakchott-Bissau

Mauritanie-Guinee-Bissau : La rencontre Ghazouani-Umaro Sissoco Embalo renforce l’axe Nouakchott-Bissau Le Président mauritanien, Mohamed Ould Cheikh Ghazouani, a réservé sa première sortie post-Covid 19 à la Guinée-Bissau, «en réponse à une invitation de son homologue bissau-guinéen, Umaro Sissoco Embalo », note l’Agence mauritanienne d’information (AMI). Lire la suite

Mauritanie : des expressions vont être bannies des discours officiels

Mauritanie : des expressions vont être bannies des discours officiels Le premier ministre Mohamed O. Bilal a signé ce mercredi une circulaire consacrant la suppression de certaines expressions des discours officiels des responsables.

Le premier ministre a demandé par exemple la suppression des expressions « en application des orientations du président de la république » et suivant les instructions du premier ministre l’ingénieur ou docteur. Lire la suite

Le président Ghazouani ordonne au gouvernement d’activer rapidement les recommandations de la CEP

Le président Ghazouani ordonne au gouvernement d’activer rapidement les recommandations de la CEP Le président de la république Mohamed O. Cheikh Ghazouani a instruit le gouvernement a instruit le Gouvernement à l’effet de prendre toutes les dispositions nécessaires pour assurer la mise en œuvre diligente de ce qui concerne le pouvoir exécutif des recommandations pertinentes de la Commission d’Enquête Parlementaire. Lire la suite